optimiser-images-seo
vendredi 29 septembre 2017
Optimiser ses images pour le SEO

Quand on parle de SEO, on pense souvent au wording utilisé pour une rédaction SEO friendly. Votre référencement naturel passe effectivement par le wording mais ne négligez pas pour autant l'importance des images utilisées sur votre site. Quel que soit le type de site ; que ce soit un site vitrine ou un site e-commerce, les images jouent un rôle dans le référencement naturel de votre site au même titre que bon nombre d'autres facteurs techniques. 

Optimiser vos images vous permettra de gagner en visibilité sur le moteur de Google et sur Google images, qui est de plus en plus utilisé par les internautes.
Vous augmenterez ainsi votre trafic sur votre site mais aussi, le cas échéant, vos ventes ou vos leads.

 

Voici sept pratiques à adopter pour optimiser vos images et leur référencement.

          1.Un nom de fichier évocateur

  • Trop souvent sous estimé le nom du fichier joue pourtant un rôle.
  • Appliquez les règles élémentaires pour le nommage de vos fichiers : pas de caractère spécial, pas de caractère accentué, pas de majuscule.
  • Privilégiez les  tiret (-) plutot que l'underscore (_) ou les espaces entre les mots
  • N'utilisez pas de mots vides. Comprendre par-là des mots communs, qu'il est  inutile d'indexer (par exemple le, la de, du , de...)
  • Enfin choisissez  bien les mots pour nommer votre fichier. Il faut se poser les bonnes questions et choisir les mots pertinents. Des mots utilisés par votre audience, pas par les ingénieurs qui ont développé vos produits ou services par exemple !

 

          2. Des attributs renseignés

Pour Google, la balise ALT est un des facteurs de classement.
Cette balise ALT, pour texte alternatif, correspond au texte qui sera affiché si le navigateur ne peut afficher l'image...

  • Utilisez 7 à 10 mots maximum pour remplir cet attribut.
  • Ne vous contentez pas de mettre un mot clé ou une suite de mots clés.
  • Rédigez une description simple de l'image et vous utiliserez naturellement un ou plusieurs mots clés.
  • N'hésitez pas à utiliser l'outil Keyword Planner de Google pour choisir les mots présentant le plus de recherches.

La balise Title, correspond à l'infobulle qui s'affiche lorsque vous arrêtez votre souris sur l'image. Cette balise n'est pas - à date - prise en compte pour le positionnement dans Google mais autant la renseigner et  anticiper des évolutions possibles du moteur.

Bien évidemment on évite les copier-coller entre les attributs ou même de surcharger les balises en faisant du keyword stuffing, en pensant être plus malin que Google !

 

          3.Une bonne légende

Même si son intérêt est moindre pour le SEO, la légende est lue par Google et les internautes. Vous pouvez donc utiliser des mots clés mais attention à rester léger car cette légende s'affiche sous l'image. Il est donc essentiel d'employer une rédaction naturelle et agréable pour les internautes.

 

          4.Un sitemap pour vos images

Un Sitemap est un fichier XML que vous uploadez sur votre Google Webmaster Tool et qui donne la structure de votre site à Google.

Pour les sites proposant de nombreuses images, vous pouvez donner à Google des informations les concernant (leur place sur le serveur, leur nom, leur balise <alt>).

Grâce à ce Sitemap, vous pourrez dire à Google qu'elles existent. Elles seront donc indexées. Autrement dit Google aura la liste de toutes les images présentes sur votre site web. 

 

          5.Un format pour chaque type d'image

En fonction des images, vous pouvez être amené à utiliser le format jpeg, le png ou encore le gif (et oui ce format n'est pas uniquement destiné à afficher des images drôles sur votre messagerie instantanée !).

Le jpeg est indiqué pour les photos. Attention toutefois à sa méthode de compression. En effet, le jpeg utilise une compression destructive. Comprendre par là que, à résolution identique, plus vous réduisez le poids de vos images, plus vous perdez de pixels donc de netteté. Enfin une résolution de 72 dpi suffira pour un affichage écran.

Préférez le png pour  les  logos et autres icones. Ce format gère la transparence et permet d'utiliser une palette de 256 couleurs.

Enfin, réservez le gif pour l'affichage de graphiques ou illustrations simples. A l'instar du png, ce format exploite une palette de 256 couleurs et gère la transparence.

Si vous hésitez entre ces 3 formats, le mieux est encore de tester. Enregistrez votre image dans les 3 formats et choisissez celle qui présente le meilleur compromis entre poids et apparence.

 

          6. Un poids maitrisé

Du poids du contenu affiché sur la page, dépend la vitesse de chargement de la page.

Travaillez vos fichiers image pour atteindre des poids optimisés tout en préservant un bon rendu.

Vous pouvez aussi supprimer les données exif contenues dans vos fichiers jpeg. La suppression de ces données superflues pour la publication web vous permettra de gagner quelques octets.

 

          7.La bonne résolution pour le bon emplacement

N'affichez pas des images trop grandes que le navigateur devra redimensionner.
Redimensionnez vos images dans les dimensions dans lesquelles elles seront affichées. Il n'est pas nécessaire de charger un visuel en 900x900 pour un emplacement de 300x300.

 

Ce chantier, bien que techniquement peu complexe, exige méthode et peut être particulièrement lourd à gérer, mais le jeu en vaut la chandelle.

Si le temps ou les compétences vous manquent, confiez-nous l'optimisation des images de votre site. Après optimisation, adoptez un process de traitement systématique de tous les nouveaux visuels qui seront ajoutés à votre site.

Les vidéos et autres formats de fichiers peuvent également être optimisés, nous aborderons le sujet prochainement.